Votre navigateur est obsolète et non sécurisé. Vous ne pouvez pas bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce site. Pour une navigation optimale et sécurisée, merci de mettre à jour votre navigateur.
Tsirkas
Le site

Hommage à Garcia Lorca

                                                                                                                                       share

 

 

   

  En 1938, Stratis Tsirkas publie dans la revue française Soutes, Revue de Culture Révolutionnaire Internationale fondée par Luc Decaunes (n° 9, p. 26-27), ce poème intitulé Rencontre en hommage au grand poète espagnol Federico Garcia Lorca (en photo à gauche) mort sous les balles franquistes lors de la guerre d'Espagne en 1936. Il s'agit là très probablement de son seul texte personnel jamais publié en langue française. Signalons que nous avons corrigé la coquille du premier mot du poème "Da" dans la revue. "Strati" n'est en revanche pas une coquille puisque cette orthographe apparaît aussi dans le sommaire de la revue.

 

 

 

 

Rencontre

 

                                                                                         A Federico Garcia Lorca.

 

 

                                                       De sa cape grise

                                                       le vent balaya

                                                       toutes les étoiles.

                                                       Et les cacha dans les oliveraies et leur ordonna

                                                       de dire inlassablement :

                                                               cri… cri

                                                               cri… cri.

 

                                                       Mais, tu ne vins,

                                                       Federico,

                                                       qu’à l’heure où bougeait

                                                       si lentement le mât de notre barque,

                                                       comme un doigt

                                                       qui chatouillait

                                                       derrière les nuages

                                                       le ventre caché

                                                       de la lune.

                                                       Et la Lune, oh la Lune, ta « Lune »

                                                       Riait,

                                                       –  elle se tordait de rire la Lune – 

                                                       et dégringolait

                                                       du ciel jusqu’à la mer

                                                       et puis

                                                       montait là haut et s’esclaffait.

                                                       (Et c’est la même Lune,

                                                       que les enfants dans tes poèmes

                                                       sucent

                                                       comme une cerise).

 

                                                       Tu vins et tu avais douze

                                                       planètes brodées dans ta peau

                                                       et tu avais autour de ton cou

                                                       le foulard rouge des gitans

                                                       et sur le front

                                                       l’étoile blanche qui marque

                                                       le bon Taureau

                                                       l’étoile qui fait honte dans les siècles

                                                       à Franco et à Mola et à Llano.

 

                                                       Tu mis tes mains sur moi

                                                       (Tes mains ! que toute la Grenade pleure,

                                                       et ses guitares déchirées les pleurent,

                                                       mais plus – oh, plus que tous les autres –

                                                       les seins orphelins de ton Aimée)

                                                       et silencieux tu regardais avec moi,

                                                       Federico,

                                                       Federico Garcia Lorca,

                                                       La Lune.

 

 

                                                                                              Strati TSIRKAS.

                                                                                    (Traduit du grec par l’auteur).

 

 

 

 WebAnalytics 

This website was created with Yoctown for free.
You too, create a website and create awareness about your activity.