Votre navigateur est obsolète et non sécurisé. Vous ne pouvez pas bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce site. Pour une navigation optimale et sécurisée, merci de mettre à jour votre navigateur.
Tsirkas
Le site

CITÉS À LA DÉRIVE

   de  Stratis TSIRKAS                                                                                                        share  

 


 Une trilogie politique et romanesque                                                      

 

 

 

  Trilogie

 

  Cités à la dérive n'est pas un roman mais une trilogie romanesque constituée donc de trois romans, Le Cercle, Ariane et La Chauve-souris, respectivement publiés aux éditions Kédros à Athènes en 1961, 1962 et 1965. Stratis Tsirkas publiera en 1973 le Journal de la trilogie des « Cités à la dérive », le making-off en quelque sorte de sa trilogie.

 

 

 

  Politique


  Alors que la seconde Guerre-mondiale tourne à l'avantage des alliés, une lutte politique s’engage au Moyen-Orient dans laquelle les communistes grecs souhaitent retrouver leur souveraineté politique pour leur pays quand les anglais veulent au contraire rétablir la monarchie grecque en exil, un régime politique sous tutelle, la Grèce étant un lieu géopolitique stratégique dans la future rivalité des deux blocs (Guerre froide) qui se dessine dès alors.

 

 

 

  Romanesque


  Cette fresque politique met en scène un très grand nombre de personnages créés par Stratis Tsirkas qui tous, les principaux comme les secondaires voire les ternaires, de part leur personnalité et leur destin, apportent une dimension romanesque à la trilogie venant faire un subtil contrepoids aux événements politico-historiques offrant ainsi aux Cités à la dérive toute leur puissance.

 

 

 

 

 

  Adaptation pour la télévision

 

  Notons que sous le titre Cités à la dérive fut adapté par Robert Mantoulis en 1984 le premier roman de la trilogie, Le Cercle, pour la télévision. Il s'agit d'un téléfilm en plusieurs épisodes.

  Bien que l'on puisse regretter que l'adaptation française (contrairement à la version grecque) fasse l'économie d'une partie de la dimension politique primordiale pour Tsirkas, cette adaptation nous semble néanmoins bien rendre l'atmosphère de la pension Kohler si présente dans le roman et nous noterons que le casting fut très bon, notamment Georges Corraface dans le rôle de Manos, Juliana Samarine dans celui d'Emmy et Élénore Hirt dans celui de Frau Anna. Enfin, nous noterons la musique obsessionnelle, remarquable de fatalisme de Georges Moustaki.

 

  Voir un extrait ici (en grec).

  Ecouter un extrait de la version chantée par Marta Contreras de la chanson de G.  Moustaki : http://www.moustaki.nl/Films/Akyvernites%20politeies.html.

 

 

Titre en grec : Ακυβέρνητες Πολιτείες

Titre en anglais : Drifting Cities

 

 

 WebAnalytics 

This website was created with Yoctown for free.
You too, create a website and create awareness about your activity.